Diabète : implantation d’un nouveau type de capteur de glucose dans le Service d’Endocrinologie de l’Hôpital Erasme

Capteur de glucose dans le Service d’Endocrinologie de l’Hôpital Erasme

Ce 25 octobre, le Service d’Endocrinologie de l’Hôpital Erasme implante, pour la première fois en Belgique Francophone, un nouveau type de capteur de glucose chez 5 patients souffrant d’un diabète de type 1. Il s’agit d’un capteur totalement implanté sous la peau pour une période de 3 mois, fournissant au patient par l’intermédiaire de son Smartphone, un suivi en continu, 24h sur 24 de l’évolution de sa glycémie ainsi que des alertes en cas de fluctuations dangereuses de la glycémie.

Le diabète de type 1 est une maladie caractérisée par des fluctuations importantes et souvent  imprévisibles de la glycémie (le taux de sucre dans le sang). Certains patients ne ressentent pas bien ces fluctuations et peuvent dès lors être victimes de comas hypoglycémiques avec perte de connaissance brutale et parfois prolongée.

Le nouveau système de capteur du glucose implantable Eversense, développé par Senseonics en partenariat avec Roche, améliore la sécurité et la qualité de vie du patient diabétique de type 1 en transmettant à son propre smartphone l’évolution de la glycémie 24h sur 24, 7 jours sur 7. Des alarmes visuelles et auditives en cas de baisse ou de hausse dangereuses de la glycémie sont paramétrables via l’application téléchargée sur le smartphone. Si celui-ci n’est pas à proximité, un transmetteur collé sur la peau va aussi vibrer pour alerter du danger afin que le patient puisse prendre les mesures adéquates pour éviter, par exemple, une hypoglycémie sévère.

Ce capteur fonctionne en continu pendant 90 jours (6 mois à terme) et est inséré sous la peau à l’Hôpital de Jour, sous anesthésie locale. Ce nouveau type de capteur offre donc plus de liberté qu’un capteur classique qui doit être changé toutes les une à deux semaines. De plus, le transmetteur collé sur la peau est totalement amovible ce qui permet une meilleure flexibilité et une plus grande discrétion que les systèmes actuels.

Le coût actuel de cette nouvelle technologie est de 3800 € par patient et par an et n’est pas pris en charge par la mutuelle. Néanmoins, quelques centres de référence du diabète en Belgique dont le Service d’Endocrinologie de l’Hôpital Erasme ont été désignés par l’INAMI pour offrir le remboursement de cette nouvelle technologie, à titre expérimental, à certains patients diabétiques de type 1 traités par pompe à insuline dont les fluctuations glycémiques importantes les rendent particulièrement à risque.

Téléchargez le communiqué de presse