Heartware, la balle de golf du programme d'assistance ventriculaire

Heartware, programme d'assistance cardiaque à l'Hôpital Erasme

Le Service de Chirurgie cardiaque a toujours suivi de près le progrès technologique des assistances cardiaques, appelées parfois erronément cœur artificiel. Depuis juin 2011, la pompe HeartWare - centrifuge miniaturisée (pesant 140gr et mesurant 50mm de diamètre) a retenu notre attention. Malgré sa taille comparable à une balle de golf, le débit produit par cette pompe peut atteindre 8 litres par minute, ce qui est très performant quand on sait que le débit cardiaque d’un individu sain de taille moyenne est de 5L/min !

En 3 ans, 40 pompes implantées 

La pompe HeartWare est implantée dans l’apex du ventricule gauche défaillant. Lors de la mise en tension du système, le plateau interne est suspendu dans un champ magnétique et tourne à une vitesse comprise généralement entre 2400 et 3200 tours par minute. Le sang aspiré dans le ventricule gauche est injecté dans l’aorte ascendante et assure ainsi la circulation de tout l’organisme. Afin de faire fonctionner la pompe, il existe une connexion sous forme de câble qui relie la pompe interne à deux batteries lithium-ion et à un ordinateur externes. En effet, il est actuellement impossible de concevoir des batteries plus petites, ou internes qui permettraient d’assurer la vie d’un homme. La recherche continue dans ce domaine.

Les patients candidats à ce type de chirurgie sont actuellement des patients candidats à la transplantation cardiaque mais qui, malheureusement, se dégradent pendant la période d’attente. Depuis juin 2011, le service a implanté 40 assistances. Il ne s’agit pas d’un caprice chirurgical mais d’une réponse à un réel besoin pour les patients en insuffisance cardiaque.

De 3 mois à plus d’un an pour un coeur 

La Clinique d’Insuffisance cardiaque et le Service de chirurgie cardiaque se réunissent une fois par semaine afin de suivre l’évolution des patients suivis en consultation, hospitalisés pour un bilan pré-greffe ou listés mais se dégradant rapidement. Si dans les années 90, les délais moyens d’attente pour un cœur étaient de 3 mois, actuellement, il est clair que pour un patient du groupe A, le délai d’attente sera au-delà d’un an. C’est ainsi qu’un consensus médico-chirurgical établit la nécessité d’implanter un HeartWare à un patient.

L’intervention chirurgicale est réalisée de façon élective : le patient est préparé, son traitement médical est intensifié à l’unité coronaire. Les anesthésistes, le quartier opératoire, les perfusionnistes et les réanimateurs sont informés. L’intervention dure 4 à 5 heures. L’implantation d’une assistance cardiaque gauche implique un suivi médical lourd et, comme toute intervention chirurgicale, cette procédure comporte des risques de complications. La prise en charge post opératoire consiste à affiner le traitement médical du patient, pour soulager le travail du ventricule droit. Le traitement anticoagulant est indispensable et l’éducation du patient doit être faite dans ce domaine. La revalidation cardiaque joue un rôle prépondérant dans la qualité de vie du patient qui doit récupérer une fonction musculaire et une capacité à l’effort lui permettant de reprendre une existence normale et également d’être préparé à la transplantation.

Depuis 2013, afin d’améliorer le suivi de nos patients, Mikaël Demunck, infirmier, a rejoint le groupe. Il discute avec le patient et sa famille avant l’intervention pour présenter le matériel. Il est l’interlocuteur privilégié, l’interface entre le patient et l’équipe médicale et paramédicale. La pompe HeartWare répond à un besoin, mais les critères d’implantation doivent rester stricts. Son coût est de 100 000€ pris en charge par la sécurité sociale. Toutefois, la santé est la préoccupation de tous et l’impact socio-économique au niveau du pays doit être pris en compte.