Mieux comprendre les atteintes vasculaires cérébrales chez les patients décédés du COVID-19

17/06/2020

Une étude de neuroimagerie réalisée à l’Hôpital Académique Érasme démontre l'existence d'anomalies du réseau vasculaire cérébral chez 20% de patients décédés du COVID-19. Ces atteintes ne semblent pas liées aux difficultés respiratoires, mais pourraient expliquer les troubles de l'odorat : les bulbes des nerfs olfactifs sont anormaux dans 20% des cerveaux examinés. 

Deux pistes existent pour expliquer les atteintes vasculaires cérébrales par le virus : 

  • Les récepteurs ACE2, porte d'entrée du virus présente notamment dans les tissus du nez, existent aussi dans le cerveau
  • Le manque d'oxygène et les troubles de la coagulation qui font partie des signes de la maladie peuvent endommager le cerveau.

Ces résultats ont été obtenus en examinant les cerveaux de patients par IRM dans les 24 heures qui suivaient leur décès. Cette approche a permis à la fois de ne pas devoir examiner des patients qui étaient dans un état critique, et de ne pas exposer les chercheurs à un risque de contamination en faisant une autopsie.