Martine, 60 ans, travaille depuis 38 ans à l’Hôpital Erasme

21/03/2019
Rejoignez le département infirmier de l'Hôpital Erasme
L’Hôpital Universitaire Erasme se développe, rejoignez-nous ! Pour vous faire une idée de ce qu'est le travail dans nos équipes, nous vous présentons des infirmiers et infirmières, fraîchement arrivés ou déjà bien installés dans l'institution. Cette semaine, c'est Martine Biltereyst, engagée depuis 38 ans, qui retrace son parcours. Attirée par la chirurgie, Martine nous raconte ses débuts en chirurgie cardiaque et ensuite son évolution au sein du Service de Chirurgie thoracique.

Pourquoi avoir choisi cette profession ?

J’ai commencé mes études d’infirmières en 1977. À l’époque, il y avait une pénurie dans tous les métiers dits « sociaux » et près de la moitié de ma classe de secondaire s’orientait dans cette filière. J’étais moi-même très sociable et je voulais un métier dynamique, près des autres. Rendre service était quelque chose de très ancré dans ma famille : ma mère tenait une épicerie et j’y travaillais souvent. Ce n’est pas exactement la même chose mais l’idée est similaire. On y aidait les gens et on faisait de notre mieux pour répondre à leurs besoins.

Dès les premières semaines du cursus, on était en stage. J’ai donc pu me rendre compte très vite que c’était exactement ce métier que je voulais faire. J’ai été prise par ce métier dès les premières heures sur le terrain.

Pourquoi avoir décidé de postuler à l’Hôpital Erasme ?

Étant néerlandophone, postuler à Erasme n’était pas une évidence ! Je ne parlais pas parfaitement français et l’UZ Jette venait également d’ouvrir ses portes. J’envisageais donc plutôt d’aller travailler là-bas. En outre, j’habitais dans le Pajottenland, à Dilbeek, et l’installation d’un hôpital sur les terres agricoles n’y était pas vue d’un bon œil. Je n’avais donc, à la base, aucune affinité avec Erasme. Ce sont mes parents qui m’ont convaincue qu’il était beaucoup plus simple de travailler à 5 minutes de la maison que de devoir aller à Jette tous les jours.

À aucun moment, je n’ai regretté ce choix. La preuve, j’y suis depuis 38 ans ! J’y ai trouvé une institution avec une philosophie qui me correspondait pleinement. Le respect de l’autre y est très important, c’est primordial pour moi. Une dynamique qui s’est encore accentuée avec l’accent mis progressivement sur une qualité de soin optimale tant pour les patients que pour le personnel qui les prodigue. Cette volonté de prendre soin de tout le monde, de tenir compte de chaque identité est vraiment un plus.  

Comment s’est passée votre arrivée à l’Hôpital Erasme ?

Lorsque je suis arrivée, j’avais une seule certitude : je voulais travailler dans un service de chirurgie. On m’a proposé la chirurgie cardiaque. À l’époque, cette discipline ne drainait pas autant de patients qu’aujourd’hui et j’allais de temps en temps en chirurgie thoracique pour aider. La Chef Infirmière de ce service appréciait mon travail et m’a demandé de rester dans son équipe. Rapidement, elle m’a délégué des tâches et m’a permis d’évoluer : je suis devenue son adjointe et ensuite, Chef infirmière de ce service lorsqu’elle est partie à la pension. Ce poste m’a permis de participer activement à l’optimisation de la qualité des soins, j’ai pu apporter ma touche, créer une ambiance de travail où tout le monde peut s’épanouir où le respect occupe une place prépondérante. Un détail important dans mon service : nous sommes entourés d’une équipe médicale qui est à notre écoute, qui nous fait confiance et qui nous valorise. C’est un atout incroyable.

L’Hôpital Erasme est bien plus qu’un simple travail pour moi, j’ai un vrai lien affectif et familial avec cette institution. C’est ici que ma fille est née et que mon mari est décédé, il y a 20 ans. Lorsqu’il était hospitalisé, j’ai été de l’autre côté de la barrière, j’ai vu d’un autre point de vue l’investissement du personnel. Pendant cette période, j’ai été soutenue par ma direction et mes collègues, mes horaires ont été aménagés pour que je puisse passer du temps auprès de mon mari. J’ai découvert un vrai esprit de famille ! Depuis, j’ai un réel lien affectif avec cet hôpital.

Et si nous faisions équipe ?

L'interview de Martine vous a donné envie d'en savoir plus et, qui sait, d'intégrer l'une de nos équipes ? Découvrez ce que nous vous proposons en cliquant ici mais aussi en parcourant notre brochure "Et si nous faisions équipe ?"

Toutes nos offres d'emploi se trouvent ici.

Plus d'infos ?

Nous vous recontacterons dans les plus brefs délais.