Glossaire médical

Ou sélectionnez une lettre dans l’abécédaire

    Pose d'un ballon intra-gastrique

    Traitement

    De quoi s'agit-il ?

    La mise en place d’un ballon intra-gastrique, c'est-à-dire dans l’estomac, permet d’obtenir un amaigrissement chez des patients souffrant de surpoids ou d’obésité susceptible d’engendrer des risques médicaux. Il s’agit d’un dispositif provisoire destiné à modifier les habitudes alimentaires de ces patients. La présence de ce ballon entraîne une réduction temporaire du volume gastrique et donc une sensation plus rapide de satiété.

    Ce traitement est indiqué chez des patients n’ayant pu obtenir une perte de poids durable dans le cadre d’un programme d’amaigrissement médicalisé. Il ne fait pas l’objet d’une prise en charge par la sécurité sociale. 

    Indications

    Ce traitement est indiqué chez :

    • Les patients en surpoids ou souffrant d’une obésité non morbide (IMC > 27) et n’ayant pu parvenir à une perte de poids durable dans le cadre d’un programme d’amaigrissement médicalisé 
    • Les patients excessivement obèses (IMC > 40, ou IMC > 35 avec risques physiologiques graves) ne pouvant ou refusant de subir une chirurgie de l’obésité. 

     Contre-indications

    Ce traitement est contre-indiqué chez les patients présentant :

    • Des lésions gastriques : antécédents de chirurgie gastrique, hernie hiatale volumineuse, ulcères gastro-duodénaux non traités
    • Des troubles psychiatriques, alcoolisme et toxicomanie, incapacité ou refus de suivi médical prolongé 
    • Des troubles de l’alimentation : boulimie ou antécédents d’anorexie
    • Une pathologie hépatique sévère 
    • Des troubles de l’hémostase.

    Il est également contre-indiqué aux patients sous traitement anticoagulants ou anti-inflammatoire chronique. Ansi que chez les patients enceinte ou ayant un désir de grossesse.

    Mise en place et retrait du ballon intra-gastrique

    Le ballon est mis en place sous anesthésie générale en ambulatoire ou en hospitalisation de 24 heures.

    1. Le gastroentérologue effectue une endoscopie de l’estomac afin de vérifier l’absence de lésion au niveau de l’estomac et de l’œsophage, ce qui constituerait une contre-indication (le plus souvent temporaire) à la pose d’un tel dispositif.
    2. Le ballon est placé dans la cavité gastrique et gonflé à l'aide d’eau stérile ou d’air, voire les deux.
    3. Le retrait du ballon a lieu, sous anesthésie générale ambulatoire avec intubation, 6 mois, au maximum, après l'intervention. Dépasser le délai prévu pour la dépose du ballon expose à des complications médicales graves sauf pour certains types de ballon que l’on peut laisser en place jusqu’à 12 mois. La pose et la dépose requièrent que l’estomac soit bien vide. C'est-à-dire qu'il faut être à jeun 6 h avant la pose et le retrait du ballon. Une courte période d’alimentation liquide peut être nécessaire avant un jeûne de 6 h. 

     Après la pose du ballon

    Chaque patient réagit différemment, mais, le plus souvent, les premiers jours sont marqués par des vomissements fréquents, obligeant à fractionner les repas et à modifier son alimentation sur les conseils du gastroentérologue.

    Afin de limiter les désagréments, des antiémétiques, un médicament qui agit contre les nausées et les vomissements, sont prescris au début du traitement. Si ces vomissements persistent sous traitement, il faut consulter rapidement son gastroentérologue.

    La présence du ballon dans l’estomac amènera le patient à réduire la quantité d'aliments ingérée.

    L’apparition de lésions gastriques, comme un ulcère, est prévenue par un traitement permettant de diminuer la sécrétion d'acide gastrique. Néanmoins, il faut consulter son gastroentérologue en cas de douleurs inhabituelles. Ce traitement doit être maintenu pendant toute la durée du traitement par ballon.

    Résultats

    La prise en charge nutritionnelle et comportementale associée à la pose du ballon intra-gastrique à raison d'une consultation par mois permet d’obtenir un bien meilleur résultat que la pose seule du ballon.

    La perte de poids moyenne relatée dans la littérature scientifique avoisine 17,8 kg mais les résultats restent hétérogènes. Cette perte de poids se maintient à long terme dans 20 à 30 % des cas.

    La pose de ce type de ballon permet également de réduire le risque de diabète, d’hypertension artérielle, d'apnée du sommeil et de dyslipidémie. Si le patient est traité pour l'une de ces maladies, une adaptation de son traitement sera à envisager auprès de son médecin traitant.

    Les complications 

    Les complications fréquentes qu’il faut traiter : 

    • Les nausées (72 % des cas), les douleurs abdominales (50 %) et vomissements (39 %), habituels les premiers jours mais pouvant se maintenir plus durablement et obliger à une hospitalisation voire au retrait du ballon en cas de déshydratation (4 à 8 %)
    • Le reflux gastro-œsophagien et parfois œsophagite secondaire (1,3 %)
    • Les blocages alimentaires
    • Les complications liées à l’anesthésie ou l’endoscopie (ballonnements, irritation de la gorge, crampes abdominales)
    • L'échec de la perte de poids, surtout en l’absence de suivi
    • Les vomissements en début de traitement peuvent empêcher une bonne efficacité des contraceptifs oraux. Par conséquent, il est conseillé de faire un test de grossesse au moindre doute avant et pendant le traitement.

    Complications très rares

    • L'obtruction de l’œsophage par le ballon
    • La culture bactérienne dans le ballon, augmentant le risque d'infection
    • La rupture œsophagienne
    • La perforation gastrique
    • La migration du ballon, source d’occlusion intestinale
    • La pancréatite
    • Le retrait du ballon impossible, ce qui peut nécessiter une chirurgie gastrique pour évacuer le ballon.

    Il est vivement conseiller de consulter rapidement son gastroentérologue en cas de :

    • douleurs abdominales inhabituelles
    • vomissements importants des liquides
    • vomissement sanglant
    • découverte d’une grossesse.