Présentation du Service d'Anesthésiologie

Anesthésiste au travail en salle d'opération à l'Hôpital Erasme

La démarche de l'anesthésiste-réanimateur comporte une visite préopératoire en hospitalisation ou en consultation, la vérification du matériel nécessaire aux actes techniques, l'installation optimale du patient et la mise en place des appareils de surveillance.

Les environnements extrêmement variés dans lesquels l'anesthésiste-réanimateur doit évoluer ont justifié dès 1989 la définition par les associations professionnelles belges de notre spécialité des spécifications nécessaires d'une "centrale d'anesthésie". Celle-ci se définit comme une structure équipée spécifiquement pour l'anesthésie et garantissant une sécurité maximale pour la réalisation d'actes aussi variés qu'une intervention chirurgicale lourde, un examen difficile ou un accouchement.

Dans sa "centrale d'anesthésie", l'anesthésiste-réanimateur choisit la technique d'anesthésie en harmonie avec l'état physique et psychologique du patient ; il adapte cette technique en fonction des exigences des équipes médicales et chirurgicales avec lesquelles il collabore.

Après le réveil, une des étapes essentielles de l'anesthésie, la surveillance est prolongée jusque dans les unités puisque l'anesthésiste-réanimateur prend en charge également le problème de la douleur postopératoire par l'intermédiaire d'une structure spécialisée "Acute Pain Service".

Parmi les développements importants réalisés dans le service, l'anesthésie relative aux transplantations d'organes et aux activités d'hospitalisations d'un jour occupe une place toujours plus importante.

Avec 25 centrales d'anesthésie, plus de 15.000 actes sont réalisées actuellement ; 80 % des anesthésies sont générales, 15 % sont locales ou loco-régionales.

Les consultations de la douleur sont regroupées au sein du Centre Multidisciplinaire d'Évaluation et de Traitement de la Douleur (CMETD).

> Prendre rendez-vous en consultation