Le cancer du sein, comment se reconstruire?

Reconstruction mammaire après un cancer du sein

Chaque jour en Belgique, vingt-cinq femmes en moyenne apprennent qu’elles ont un cancer du sein et que leur vie va par conséquent être sérieusement bousculée. On considère actuellement qu’une femme sur neuf court le risque d’être un jour touchée par cette maladie. Les chances de guérison s’améliorent mais 70% des femmes pouvant prétendre à une reconstruction mammaire ignorent les possibilités qui s’offrent à elles.

Le but de la reconstruction mammaire est de rendre au sein sa forme, son apparence, sa symétrie et sa taille normale après une amputation ou une ablation. La reconstruction mammaire implique généralement plusieurs procédures, réalisées par phases, et peut être entamée soit au moment de l’opération visant à retirer la tumeur, soit à une date ultérieure. Elle peut se faire pour un sein uniquement ou pour les deux.

Quels sont les types de reconstruction mammaire ?

Une des premières décisions qu’une patiente doit prendre en concertation avec son chirurgien plasticien concerne le type de reconstruction mammaire auquel elle aura recours. La reconstruction pourra être réalisée au moment de l’opération visant à retirer la tumeur ou à une date ultérieure. En général, la reconstruction se fera soit en posant une prothèse, soit en utilisant les propres tissus de la patiente. Cette dernière technique est souvent appelée reconstruction par lambeau ou reconstruction par prélèvement de peau.

Lors du choix de la procédure de reconstruction, il faut tenir compte du type d’ablation, du traitement du cancer et de la morphologie de la femme.

Quel est le meilleur moment pour effectuer cette opération ?

La décision de réaliser une reconstruction au moment de l’opération visant à retirer la tumeur ou à une date ultérieure, doit être prise en concertation avec votre chirurgien plasticien, avant l’opération. Elle dépend aussi de vos facteurs de risque, des résultats de votre biopsie et des autres traitements que vous allez recevoir.

Reconstruction immédiate

Ce type de reconstruction commence au moment de l’opération visant à retirer la tumeur. Elle est d’ailleurs l’option envisagée pour la plupart des femmes.

Avantages : Au réveil, la patiente présente une déformation moins importante du sein et la reconstruction est déjà bien avancée. Il s’agit donc surtout d’un avantage psychologique et esthétique.

Inconvénients : Selon de nombreuses femmes, le principal inconvénient de la reconstruction immédiate est une intervention chirurgicale et une convalescence plus longues. De plus, la radiothérapie qui suit éventuellement l’ablation peut compromettre la qualité du sein reconstruit.

Reconstruction différée

Même si certaines patientes éprouvent des difficultés émotionnelles à vivre sans sein pendant une longue durée ou une durée inconnue, de nombreuses femmes estiment que la reconstruction différée leur laisse le temps de se concentrer sur les traitements et la recherche du type de reconstruction qui convient le mieux à leurs besoins. Les différentes techniques qui existent peuvent aussi être utilisées chez elles, en tenant compte de certains impératifs de technique chirurgicale. Par ailleurs, certaines patientes peuvent présenter des signes de maladie avancée ou nécessiter une radiothérapie après la mastectomie dans le cadre de leur traitement, et une reconstruction différée peut dans certains cas permettre plus rapidement la mise en œuvre de ce traitement complémentaire.

Plus d'informations sur la reconstruction mammaire (RBSPS)

Consultation reconstruction mammaire à l'Hôpital Erasme

Les lundis matin 
T 02 555 47 81